Code de conduite

Le programme des Prix du Premier ministre (PPM) est la distinction nationale la plus élevée qui soit pour les enseignants de la maternelle à la 12e année et les éducateurs de la petite enfance au Canada. Les prix de niveau national sont remis personnellement par le Premier ministre ou par son représentant désigné et ils soulignent les réalisations des récipiendaires dans leurs collectivités d'origine et à l'échelle du pays. Les PPM honorent les immenses contributions que font les éducateurs exceptionnels auprès des enfants et des élèves à qui ils enseignent, ainsi qu'auprès de leurs collègues, de leurs écoles, de leurs centres et de leurs communautés.

Les récipiendaires des PPM représentent la « crème de la crème » du milieu de l'enseignement au Canada. Un statut de récipiendaire d'un PPM s'accompagne d'une responsabilité appréciable en termes de modèle que les détenteurs installent aux yeux de leurs pairs, de leurs élèves, de leurs supérieurs et de leurs collectivités en général. Les normes les plus élevées qui soient de conduite éthique et d'excellence sont une caractéristique clé du programme des PPM que l'on trouve chez les récipiendaires hommes et femmes hors pairs honorés grâce à cette importante distinction.

Tous les récipiendaires des PPM sont tenus de se conformer au code de conduite qui suit :

  • Les récipiendaires seront détenteurs d'un certificat valide d'enseignement ou d'éducation de la petite enfance.
  • Les récipiendaires occuperont un emploi dans une école canadienne admissible au niveau primaire ou secondaire, ou dans un établissement canadien autorisé d'éducation de la petite enfance qui se conforme aux règlements provinciaux ou territoriaux, lors de leur mise en candidature. Note : Cette exigence est levée pour les candidats qui travaillent dans des centres du Programme d'aide préscolaire aux Autochtones, que ce soit dans une réserve ou non, ou dans un établissement d'éducation de la petite enfance situé dans une réserve où les permis provinciaux ou territoriaux ne sont pas exigibles.
  • Les récipiendaires n'exploiteront pas leur statut de récipiendaires des PPM aux fins de gain financier personnel.
  • Les récipiendaires n'utiliseront pas les PPM ou les logo/mot-symbole/symboles-graphiques du gouvernement du Canada sans l'autorisation explicite du programme des PPM. Le symbole-graphique des PPM ne peut servir à commercialiser des produits ou pour d'autres buts commerciaux.
  • Les récipiendaires n'abuseront pas de leur statut de récipiendaires des PPM pour faire valoir ou pour promouvoir leurs points de vue politiques.
  • Les récipiendaires traiteront les demandes de renseignements des médias en ce qui a trait aux PPM de manière juste, polie et non partisane.
  • Les suggestions proposées concernant l'utilisation des fonds rattachés aux PPM sont énoncées dans les lignes directrices du programme. Bien que les récipiendaires puissent se servir de leur partie des fonds comme bon leur semble, ils sont censés collaborer avec leurs écoles ou leurs organismes pour assurer, dans la mesure du possible, une utilisation adéquate, efficace et efficiente des fonds publics.
  • Les récipiendaires adopteront une conduite professionnelle qui se conforme aux normes établies par leurs associations d'enseignement ou d'éducation de la petite enfance. L'omission de procéder ainsi viendrait miner la crédibilité, l'intégrité ou la pertinence du programme des PPM ou détourner des conditions originales en vertu desquelles on a décerné les prix.
  • Les récipiendaires ne doivent pas avoir été sujets à des sanctions professionnelles officielles de la part d'un organe de décision, d'une association professionnelle ou de tout autre organisme.
  • Les récipiendaires ne doivent pas avoir été reconnus coupables d'un crime pour lequel ils n'ont pas été graciés.

Les normes susmentionnées sont essentielles à la sélection des récipiendaires des PPM. Si les récipiendaires omettent de respecter ces normes, le programme des PPM se réserve le droit de : a) supprimer le nom des récipiendaires/l'affiliation de leur école ou de leur centre du site Web officiel et de tout autre véhicule ou publication auquel il peut avoir recours pour promouvoir l'enseignement et l'éducation de la petite enfance exemplaires au Canada; et/ou b) invalider le PPM. Cette dernière solution s'appliquerait dans les cas où on a retiré un agrément en enseignement ou en éducation de la petite enfance pour des motifs d'inconduite professionnelle et des cas selon lesquels un récipiendaire a été condamné d'une infraction criminelle.